Reprise des jeunes sportifs en salle : « Ça fait beaucoup de bien »

La rentrée en salle de jeunes sportifs comblés a eu lieu ce mercredi. Au Mulhouse TT, l’entraîneur est soulagé d’avoir récupéré ses pongistes en forme au gymnase Brustlein.

C’était l’heure de la rentrée sportive des jeunes des clubs en salle ce mercredi. Au Mulhouse Tennis de Table (MTT), on a reçu le protocole sanitaire lié au Covid-19 de la fédération française vendredi, qui n’a pas trop varié de sa phase précédente. Après les pongistes en herbe des écoles à l’œuvre depuis lundi, les jeunes licenciés du MTT de moins de 18 ans en loisirs ont retrouvé les premiers le gymnase Brustlein, juste avant les compétiteurs. Sur les dix participants de l’automne, sept ont répondu présents. « Ils étaient entre 14 et 16 la saison précédente, rappelle l’entraîneur Veselin Illiev. Sur les 98 licenciés, on n’en a plus que 65, les compétiteurs (Ndlr : en N2 masculine et féminine au plus haut niveau) sont toujours là, c’est chez les loisirs qu’on a une grosse perte ».

Sur les coups de 15 h 30, Thomas, 14 ans, et Ewan, 10 ans, sont arrivés les premiers à la salle de la cité du Bollwerk. « J’ai une table chez moi, j’ai joué au ping en extérieur mais aussi dans le garage pendant l’arrêt, précise l’aîné. J’en ai aussi fait à l’Unss au collège Jean XXIII, le vendredi. Ici, on a des meilleurs conseils. Ça fait deux ans que je suis suivi, Veselin Illiev m’a fait progresser sur les effets et les appuis. Et c’est l’occasion de faire des matches entre nous ».

Ewan est, lui, reparti de zéro. « Je n’ai pas de table et je ne fais pas d’autres sport, précise-t-il. J’aime bien le ping et les matches, mais je n’ai pas spécialement envie de faire de la compétition ».

« Ils n’ont pas trop oublié »

Désigné animateur de l’échauffement, Thomas a du mal à se remémorer les gestes. « Ça fait quand même six mois qu’ils n’ont rien fait », relève le coach. À la fin de ce réveil musculaire, les pas croisés sont aléatoires. Les premières balles ont aussi du mal à rester sur la table. Ça souffle, ça rigole, ça peste ! Les mimiques du pongiste, elles, reviennent vite.

Après une demi-heure, une première pause s’impose. « Ce n’est pas trop mal, le rythme n’est pas comme d’habitude mais c’est normal pour une reprise, souligne Veselin Illiev. Ils n’ont pas trop oublié, pas comme l’année dernière lors du premier confinement quand tout était arrêté. Là, l’école leur a permis de garder un rythme. »

Après avoir pris le pouls sur l’état physique de chacun, le coach relance des échanges dirigés, jusqu’à des matches. En fin de séance, les étirements au sol soulagent les corps.

« Ça va, je m’attendais à pire, note Thomas. Ça faisait longtemps que je n’avais plus joué comme ça, ça fait beaucoup de bien. Ce qui m’a le plus marqué, c’est l’intensité avec les déplacements et la rapidité des gestes. Mais je suis prêt à recommencer ». Et Ewan de rebondir : « J’ai bien apprécié les matches. J’avais un peu oublié les pivots, mais ça va ».

Leur entraîneur, qui n’a enseigné que sept semaines en un peu plus d’un an, n’était pas le moins heureux. « Le bilan est très positif par rapport à la rentrée de septembre, c’était plus facile physiquement et au niveau du toucher de balle. J’espère juste qu’on va récupérer des licenciés à la rentrée ».

Cette génération Covid a tombé les masques le temps de la reprise de son activité sportive. Avec des sourires et des éclats de rire qui en disaient long.

Gilles Legeard – L’Alsace

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s